Roadsters.fr, la passion du cabriolet



HONDA S2000


En voilà un cabriolet qui se fait rare sur nos routes. Moins de 400 exemplaires auraient trouvé preneur dans l’hexagone. Un « concours » de circonstance m’a amené à posséder cette auto durant 11 mois et 12000 Kms : j’avais vendu mon A3 1L8T180ch et ma future Leon Cupra R 225 ch commandée aussitôt ne s’annonçait pas avant 3 mois… Une annonce attrayante de S2000 m’amena donc a faire l’acquisition de ce cabriolet d’exception afin d’assurer l’intérim !

Un look d’enfer !
On aime ou on n'aime pas mais force est de constater que l’auto a une ligne bien à elle ! Un nez interminable et un arrière train qui ne peuvent pas laisser indifférent avec ses 2 sorties de pot chromées très visibles. 4 jantes 16 pouces avec une monte pneumatique un peu atypique (attention au prix !) : 225 x 50 à l’arrière, 205 x 55 à l’avant, ce qui est relativement modeste pour une auto de cette puissance, 240 ch. rappelons-le ! Un pare brise assez vertical qui devance un habitacle très original avec une instrumentation entièrement digitale façon Formule 1, un petit volant et un levier de vitesses (6 au total) aux débattements ridicules (lequel levier est impossible à prendre en main si la voiture est laissée au soleil décapotée). On découvre également des sièges baquets signé Recaro (excellent bien que sans appuis-tête et sans réglage lombaire) recouvert d’un cuir de très bonne facture. Excellents sur circuit (au niveau maintient latéral), perfectibles sur longue distance pour qui à un dos un tantinet sensible (assez durs). Les plastiques sont de bonnes qualités, les assemblages excellents (pas un rossignol dans cette auto de 30 000 kms). Voilà pour la présentation générale.

Le moteur
Venons-en directement à la pièce d’orfèvrerie planquée sous le long capot avant, implanté nettement derrière l’axe de route avant. Il s’agit du fameux Vtec développant la bagatelle de 240 ch au régime étonnant de 8300 tours ! Le tout sans turbo…ce qui se traduit par un couple quant à lui bien modeste de 208 Nm… Et disons-le tout net, ce modeste couple qui est un atout dans la prise en main du véhicule (dépourvu, rappelons-le de toute assistance et béquille électronique autre qu’un ABS extrêmement performant et se déclanchant vraiment à l’extrême limite du blocage de roue), devient rapidement le défaut principal de cette mécanique : le moteur est creux ! même si 80% des 208 Nm sont présents dès 2000 tours… 80% de pas grand-chose c’est moins que pas grand-chose ! A l’usage on se retrouve avec 2 voitures pour le prix d’une : un cabriolet tranquille, assez souple (merci le poids plume) de « 140/150 ch » et plutôt silencieux lorsqu’on l’utilise dans une plage 0-6000 tours, et une véritable voiture de course dans la plage 6000-9000 ! Oui oui, ce n’est pas une coquille, le bouilleur prend 9000 tours… il rupte même à 9500 tours !… Et il les prend avec une facilité déconcertante (à condition d’avoir engagé le bon rapport) avec une puissance qui vient sans fléchir jusqu'à 9000 non sans avoir donné un léger coup de pied aux fesses au passage de la zone de déclanchement du fameux Vtec (6000 tours). Tout ceci s’accompagne d’un bruit de voiture de course… C’est là également, selon moi, le second défaut du moteur… Il est extrêmement sonore ! On aimerait pouvoir baisser le son comme avec un autoradio… malheureusement ce n’est pas possible… On se retrouve condamné à dépasser les autres usagers tranquilles de la route dans un vacarme incroyable, ou a enchaîner les cols de montagnes dans un bruit qui effrayera les cyclistes qui vous croiserez…

La boite
Autant le dire c’est un des points forts du S2000 ! Elle vient seconder un moteur peu coupleux qui en a bien besoin ! Avec un S2000 on se muscle le poignet droit ! Les verrouillages sont virils, les débattements ridicules. Ca tombe bien car les rétrogradages 6-3 ou 5-2 sont courants quand on roule en S ! Faute de quoi vous ne pourrez pas dépasser le moindre turbo diesel qui vous rappellera le manque cruel de newton mètre du Vtec ! Bref cette boite est superbement étagée pour exploiter au mieux la mécanique… On pourrait rêver néanmoins d’une 6eme tirant moins de 248 km/h… Vitesse véritablement impraticable. Mais sa longueur abaisse un niveau sonore (déjà bien élevé) lorsqu’on cruise à 160 km/h (en Allemagne cela s’entend).

Le chassis/freins
Y’a du bon et du moins bon. Tout d’abord le S est une propulsion (pour ceux qui l’ignoreraient encore). Et sans assistance (déjà dit pour ceux qui suivent !). Ce qui veut dire avant tout que c’est très fun à conduire et forcément très ludique (voire dangereux… mais c’est aussi pour cela que c’est fun !). La direction électrique (une des toutes premières voitures de « grande » série à en être dotée) est d’une très grande précision, d’une bonne consistance en fonction de la vitesse, très communicative de l’état de la route. Les freins n’appellent pas de commentaires particuliers (bien que ce soit de classiques étriers flottants) et même un usage circuit ne semble pas en venir à bout facilement. La S2000 est dotée d’un autobloquant mécanique permettant une meilleure motricité… Dans les faits ce système s’avère assez piégeux sous la pluie.
Le seul bémol en ce qui concerne le châssis réside dans l’amortissement (selon moi) : il manque singulièrement de rigueur dès que le revêtement devient moins bon. A haute vitesse (disons passé 200 km/h) l’auto n’inspire pas une très grande confiance et la moindre bosse vous incitera à une grande prudence. La partie détente n’est pas bien gérée et un phénomène de pompage apparaît à vitesse élevée à la rencontre de bosses. Sur piste par contre cette auto est un véritable karting (testée sur le circuit de Lohéac, quel pied cette voiture !).

Equipement/confort
La S2000 est une auto très bien équipée de série. Climatisation (manuelle mais très puissante et efficace), capote électrique, Xenon (sans grand intérêt mais bon…). On est bien calé dans les Recaro, peu de remous d’air, avec un chauffage très efficace permettant de rouler top down l’hiver par 0° sans avoir froid. On peut même rouler quelques kilomètres sous la pluie sans prendre la moindre goutte d’eau sur la figure, c’est dire si l’aéro de la voiture est bien conçue.

Conclusion
Difficile de dresser un bilan. 12000 kms parcourus avec un S2000 avec amènent à éprouver des sentiments très partagés. Sur circuit ou sur petites routes de campagne, top down, sous le soleil, en conduite sportive sur des distances courtes c’est une voiture littéralement extraordinaire. On se dit qu’on a bien fait d’acheter ce cabriolet et que jamais on ne s’en séparera ! Et puis viennent des vacances… avec des distances souvent importantes à couvrir dans un bruit moteur trop présent et parfois sous la pluie… Et là on se dit qu’une berline c’est confortable et qu’une propulsion comme la S2000 c’est vraiment à conduire le couteau entre les dents quand les conditions météos sont difficiles. A la question « Et si c’était à refaire, achèteriez-vous un S2000 ? » Ma réponse est non. Le moteur est trop pointu, il en devient presque décevant tellement les sensations procurées sont faibles : on se rend compte a l’usage que certes « ça pousse » mais l’oreille participe beaucoup à ce sentiment ! Le châssis est certes excellent mais une Mazda MX5, pratiquement 2 fois moins cher avec son 1L8 de 140 ch présente un rapport prix/plaisir/performance bien supérieur à la S2000.

Les +
Freins
Boite
Direction électrique exceptionnelle
Châssis de kart (bien qu’amortissement perfectible)
Sonorité du moteur de course (mais lassant à la longue)
Relatif confort
Equipement (clim, xénon, cuir de série)
Ligne sympathique
Utilisable directement sur circuit (quoique niveau amortissement toujours...)

Les –
Manque cruel de couple de la mécanique
Long trajet pénible à cause du niveau sonore
Consommation importante (impossible d’être sous les 12L mais ne dérive pas énormément en conduite sportive)
Peu adaptée à un usage principal (très délicat a conduire sous la pluie)
Fiabilité (défaut embrayage bruyant -difficilement pris en rappel constructeur, problème récurrent de rampe d'injection "grippée", boite accrocheuse en seconde -dans les tours)
Pneus arrières onéreux (toute proportion gardée)

Texte : Sébastien GUCHET

> Caractéristiques techniques
HONDA S2000
Production
Moteur 4 cylindres en ligne
Disposition longitudinal AV
Alimentation
Cylindrée (cm3) 1997
Alésage x Course (mm) 87 x 84
Taux de compression 11
Puissance maxi 240 à 8300
Puissance au Litre 120,2
Couple maxi 208 à 7500
Couple au Litre 104,1
Transmission AR
Boîte de vitesses 5, manuelle
Cx
Freins AV
Freins AR
Pneus AV 215/45 R17
Pneus AR 245/40 R17
Poids 1320
Rapport poids/puissance 5,5
Consommation (L/100) 10
Vitesse maxi (Km/H) 240
0 à 100 Km/H (s) 6,2
0 à 200 Km/H (s)
400 m DA (s)
1000 m DA (s)
honda/s2000/S2000_1.jpghonda/s2000/S2000_2.jpghonda/s2000/S2000_3.jpg
honda/s2000/S2000_4.jpghonda/s2000/S2000_5.jpghonda/s2000/S2000_6.jpg
honda/s2000/S2000_7.jpghonda/s2000/S2000_8.jpghonda/s2000/S2000_9.jpg
honda/s2000/S2000_910.jpghonda/s2000/S2000_911.jpg
Photos D.R. © Tous droits réservés.


Roadsters, passion cabriolet ©DRIVSTER. Tous droits réservés.